Conférence de presse des responsables humanitaires en République Centrafricaine

Categories: Non classé
Tags:
Comments: No Comments
Published on: 27 janvier 2014

Monsieur Abou DIENG, Coordonnateur humanitaire en RCA, assisté de Messieurs Jacques TERRENOIRE, Porte parole des ONG Internationales, et Philippe LECLERC, Coordonnateur de Cluster Protection, étaient face à la presse ce Vendredi 24 Janvier 2014 dans la salle de conférence de OCHA à Bangui.

Dans son discours liminaire, Monsieur DIENG a fait le compte rendu de la conférence internationale de haut niveau sur la situation humanitaire en Centrafrique qui s’est tenue le 20 Janvier dernier à Bruxelles.

La crise humanitaire aujourd’hui en RCA est de grande envergure et l’urgence est dans tous les secteurs a-t-il déclaré.

Les bailleurs de fonds internationaux se sont engagés à soutenir les actions humanitaires, en promettant un montant de 483 000 000 de dollars soit 230 000 000 000 de francs CFA. Cette enveloppe appuiera les secteurs de la santé, l’éducation, la sécurité alimentaire, la protection, la distribution des articles non alimentaires, l’eau et l’assainissement.

Signalons aussi que plusieurs tonnes d’aide humanitaire sont bloqués à la frontière entre la RCA et le Cameroun que les humanitaires déploient des efforts pour acheminer sur Bangui.

Ces humanitaires ont exhortés tout le monde a cultivé la paix, la réconciliation et la cohésion sociale.

La République Centrafricaine compte près d’un million de déplacés et 2 600 000 de personnes en besoin d’une assistance immédiate. La sécurité reste aujourd’hui la préoccupation des centrafricains.

Rémy DJAMOUSS, Service de communication de l’ARC-Centrafrique

Production de journaux en synergie sur la récente crise en Centrafrique

Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 25 mai 2013

Depuis Décembre 2012, où la coalition des rebelles Seleka a entrepris la destitution du régime déchu par une conquête progressive des villes et la destruction systématique des institutions étatiques , et  privées, des pillages, des exactions , oppressions, viols et attaques contre les églises chrétiennes, en commençant par les régions du Sud-est de la Centrafrique, et qui a finalement atteint  la capitale et toutes les autres régions du pays. Ceci a fait naître un climat de psychose généralisée, de haine, de vengeance, mais surtout de l’insécurité grandissante. Car, deux mois après la prise du pouvoir par la Seleka,  l’administration, les écoles, les hôpitaux, la police, la Gendarmerie, l’Armée régulière ; aucune institution étatique n’est encore opérationnelle.

Arsène Jonathan Mosséavo et M. Evrard Armel Bondadé, SG de l’OCDH

Dans de pareilles situations les médias et plus précisément les radios communautaires ont un rôle très indispensable à jouer pour produire des émissions axées  sur les thématiques de pardon, réconciliation, paix et  sécurité en vue de la reconstitution du tissu social largement déchiré par ces crises.

D’autant plus que certaines stations radios privées ont été complètement détruites, l’Association des radios communautaires en Centrafrique se sent plus que concernée par cette situation. Même les radios qui n’ont pas été pillées subissent les contrecoups de cette situation : difficultés d’approvisionnement en carburant, chute des revenus de la station (plus de publicité, de communiqués, etc…).  Au regard de cette situation, les populations de provinces se trouvent aujourd’hui de toute connexion d’information avec Bangui.  Dans certaines villes, les réseaux téléphoniques ont été coupés et ne sont pas rétablis jusqu’à ce jour.   Avec l’appui méthodologique et financier de l’institut Panos Paris à travers ses différents projets financés par l’Union Européenne, Cordaid et l’Ambassade de France, l’ARC dispose expérimente depuis 2010, le dispositif de mise en réseau de ses radios membres pour l’échange d’information et la diffusion des programmes de manière synchronisée.  Ce dispositif avait permis en 2011 de couvrir le processus électoral avec beaucoup de succès.  Il a permis aussi de couvrir plusieurs campagnes telles que celles liées aux journées mondiales de lutte contre le VIH.  Pendant les moments difficiles de décembre 2012 et mars 2013,  les équipes de radios à Bangui et en provinces sont restées en lien grâce à ce dispositif.

C’est au regard de tous ces résultats que l’ARC Centrafrique souhaite se servir de ce moyen pour  réaliser une série de productions par rapport au contexte actuel afin de fournir à la population une information de qualité et permettre une expression citoyenne sur les enjeux du moment.

Les objectifs assignés à cette activité sont de permettre aux radios de participer au processus de la reconstruction du pays après les crises en offrant un espace d’expression sur les problématiques du moment, de faire un état des lieux des villes qui ont subi des actes de vandalismes, de conscientiser la population sur les conséquences socio-économiques, sanitaires et autres de la crise dans le but de prendre des dispositions pratiques pour éviter le pire, de chercher des voies et moyens pour susciter des réparations des dégâts, de conscientiser la population sur les questions des destructions des biens de l’Etat, des particuliers et des pillages et d’inciter toutes les couches sociales à participer aux actions de la reconstitution du pays.

Télécharger l’émission du 25 mai 2013

Télécharger l’émission du 1er juin 2013

Télécharger l’émission du 8 juin 2013

Olofio, la revenante…

Categories: Non classé
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 29 mars 2013

Nous avions annoncé son assassinat en janvier.  Aujourd’hui, nous vous la présentons vivante

 Le 7 janvier 2013,  l’Association des Radios Communautaires de Centrafrique avait publié un communiqué de presse dénonçant l’assassinat d’Elisabeth Blanche Olofio, journaliste à Radio Be Oko de Bambari en Centrafrique. Cette information a semé le désarroi et suscité des réactions dans le monde entier. Coup de tonnerre, lors de la rencontre des acteurs politiques avec le président de la République, au Palais de la Renaissance, celui – ci  a répondu à un participant, qui se plaignait du silence  de certains médias sur la crise en RCA et notamment l’assassinat d’une journaliste, « il paraît qu’elle est vivante ».

Olofio pendant une émission publique le 20 septembre 2011 à Bambari © ARC

Cette information est aujourd’hui confirmée car l’équipe de l’ARC  l’a rencontrée. Mais que s’est-il passé pour qu’on l’ait mise sous le feu des projecteurs de l’actualité ?

D’après son récit et celui d’un employé d’une ONG en congé dans la localité au moment des faits, la Coalition Séléka a pris la ville de Bambari le 23 décembre 2012, mettant en déroute les FACA (Forces Armées Centrafricaines). Apparemment, une cohabitation pacifique s’était installée entre les nouveaux maîtres et les habitants de la ville, jusqu’au jour où les FACA ont voulu reprendre la ville. Les quartiers de la Rive Droite de la Ouaka ont été le théâtre des affrontements acharnés entre les belligérants. La Coalition Séléka a demandé à la population de ces quartiers de vider les lieux pour éviter d’être victime des combats. Le 28 décembre 2012, passant de maison en maison, ils ont informé la population qu’ils allaient brûler toute la zone, les rassurant que rien n’arriverait à leurs biens et habitations. Elisabeth Blanche et sa tante se sont réfugiées dans un campement agricole à une dizaine de kms de la ville, laissant quelques jeunes de la famille comme gardiens des maisons. Le 4 janvier, un groupe d’éléments de la Coalition Séléka conduits par des jeunes de la ville et du quartier bien connus, a pillé la maison de Elisabeth Blanche emportant moto, pousse (charrette à bras), sacs d’arachides, feuilles de contreplaqués, tôles (elle avait des travaux à faire pour finir sa maison), vêtements et une somme d’argent. Elisabeth Blanche, informée de la situation, est revenue en ville pour constater les dégâts.  Des voisins sont venus l’entourer. L’un des jeunes qui avaient conduits les pillards est passé juste en ce moment et l’un des voisins l’a reconnu. Il a été interpelé et pendant qu’Elisabeth Blanche le questionnait, une fille du quartier (copine d’un élément de la Coalition) a alerté la Coalition. Peu après, un véhicule Land Cruiser pick up est arrivé avec une trentaine d’éléments à bords. Ils ont encerclé la maison et commencé à battre à coup de crosse tous ceux qui étaient là, arrachant une partie du lobe d’une oreille d’un cousin d’Elisabeth sous le regard du colonel, …. . Elisabeth Blanche a reçu des coups de crosse sur la tête et s’est évanouie. Les assaillants sont repartis laissant sur le site des blessés et Blanche Elisabeth étendue.

Olofio à son arrivée en mars 2013 à Bangui © ARC

Ranimée, elle a pu se rendre à la Station Total, transformée en QG de la Coalition. Elle a discuté avec le colonel et a reconnu certains de ses biens qui lui ont été rendu sur le champ. D’après le colonel, ses éléments l’auraient  informé qu’ils avaient trouvé des tenues militaires et des grenades dans sa maison. Et puis de toutes les façons, c’est une journaliste à la langue bien tranchante qui utiliserait son micro pour faire la morale aux gens. Où aurait-elle trouvé l’argent pour construire cette maison ?  Son nom est gbaya. Elle ne serait  pas de la région.  Elle serait donc pro Bozizé.

Souffrant des commotions et chocs reçus, elle a été reconduite  au campement agricole où elle est restée. Sa surprise a été grande quand, le 11 janvier, elle a entendu à la radio la nouvelle de l’assassinat d’une journaliste de sa radio. Elles ne sont que deux journalistes femmes dans cette ville.  Elle a pensé à sa consœur mais est vraiment tombée en syncope quand trente minutes plus tard, elle a entendu son nom. L’après midi, une délégation de femmes (OFCA, Association des Femmes para juristes, …) amenée par un groupe d’éléments de la Coalition Séléka, est allée la chercher au campement. De nombreuses personnes la connaissant ont fait aussi le déplacement pensant venir aux obsèques. Tout ce monde a réussi à la convaincre de repartir en ville pour se faire soigner. Le colonel de la Coalition Séléka a pris l’engagement d’assurer les frais même si cela n’a pas été le cas.

Aujourd’hui, Elisabeth Blanche souffre encore des séquelles. Elle dit qu’elle a mal perpétuellement mal à la tête, mélange les évènements, ne dort pratiquement qu’une heure et demie par jour, … un véritable bilan médical et peut être une prise en charge psychologique s’imposent.

Bilan et prise en charge difficiles à faire sur place à Bangui à cause de la faiblesse du système sanitaire. Aux dernières nouvelles, des éléments de Séléka seraient à sa recherche…

Télécharger son témoignage

Traitement responsable de l’information en temps de conflits

Categories: Non classé
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 8 janvier 2013

L’Association des Radios Communautaires de Centrafrique et l’Observatoire des Médias de Centrafrique organisent un atelier sur Le traitement responsable de l’information en période de conflits.

La situation que vit la RCA touche aussi les médias qui sont mis à contribution pour diffuser des messages. Pour éviter que les médias centrafricains ne deviennent des pyromanes, les deux organisations croient qu’un atelier de renforcement de capacité des journalistes pourraient les aider à éviter de l’huile sur le feu. Plusieurs interventions ont jalonné cette session:

- Compréhension d’un conflit: analyse, causes et techniques de résolution pacifique

- Observation des médias en période de conflit: Expérience du Haut Conseil de la Communication

- Observation des médias en période de conflit: Expérience de l’Observatoire des Médias de Centrafrique

- Ateliers sur les attitudes à éviter ou à promouvoir en période de conflit

Cet atelier connait la participation des journalistes des radios communautaires, de la presse écrite et ceux de Radio Centrafrique.

L’ARC – Centrafrique et l’OMCA ont été appuyés par l’Institut Panos – Paris pour l’organisation de cet atelier.

Première émission en synergie régionale contre le VIH et le Sida : les médias marquent le coup

Categories: Non classé
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 21 décembre 2012

 « L’objectif 3 zéro à l’horizon 2015 : un objectif réaliste pour l’Afrique Centrale ? Bilan et défis » tel est le thème d’une grande émission en synergie régionale qui connu la participation des radios de la République Démocratique du Congo, du Rwanda, du Burundi et de la République Centrafricaine, réalisée en direct de la République Centrafricaine, jeudi 20  décembre de 15 h 05 à 16 h 05 min.

 A trois ans de l’échéance qui doit déboucher sur l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement, le mot d’ordre des temps  forts de la lutte contre le VIH et le Sida est : «Zéro nouvelles infections à VIH. Zéro discrimination. Zéro décès lié au Sida ».

Cet objectif est-il réaliste pour l’Afrique Centrale ? Quel bilan tiré de la lutte ? Quels sont les défis à relever pour l’atteinte de l’objectif 3 zéros à l’horizon 2015 ? Voilà quelques problématiques soulevées pendant de grand rendez-vous régional. De toutes les interventions, ils est difficile d’atteindre cette vision pour plusieurs raisons : manque de financement de la lutte, l’implication de toute les communautés, la mobilité de la population et plusieurs autres facteurs. Sinon,  est-il possible de réduire les nouvelles infections, d’augmenter la prise en charge globale . C’est ce qui ressort des débats, interviews, reportages réalisés par les professionnels des médias impliqués dans la lutte contre cette pandémie.  Ils ont  appelé à la réalisation d’un bilan non complaisant sur les moyens déployés dans la lutte contre le VIH, l’efficacité et l’efficience de la lutte.

Cette émission a réuni autour du plateau le Pr. Nestor Mamadou NALI, Coordonnateur du Comité National de Lutte contre le Sida, Magistrat Arsène SENDE, Expert et président du Réseau Centrafricain sur l’Ethique et  le Droit sur le VIH, Mathurin C.N. Momet, Président du Conseil d’Administration du Réseau des Médias Africains contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, section centrafricaine, lesquels invités sont tous de la RCA.

Cette synergie régionale qui est relayée par l’ensemble des radios du pays grâce à la participation technique de l’Association des Radios Communautaires de Centrafrique, est réalisée dans le cadre du projet Médias d’Afrique Centrale contre le Sida (MAVIH), une initiative de l’Institut Panos Paris et le REMASTP/CA avec le soutien de l’Union Européenne et de Panos Network.

De notre confrère Fridolin Ngoulou, Permanent du REMASTP/CA

Télécharger l’émission (en Mp3)

Spéciale campagne de lutte contre le VIH et la sida à Bouar : une mobilisation de la communauté autour de l’objectif zéro campagne de lutte contre le VIH et le Sida

Categories: Non classé
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 3 décembre 2012

Lequel lancement est fait en présence du Premier Ministre Faustin Archange Touadéra, premier vice président du Comité National de Lutte contre le Sida, en présence des autorités locales, les membres du gouvernement, les représentants des agences du système des nations unies. Notons que cette occasion a permis aux organisateurs de procéder au dépistage d’environ 5000 personnes, à la distribution de plus de 9.000 préservatifs masculins et féminins aux personnes qui sont venues prendre part aux festivités du 1er décembre, fête nationale du pays et au lancement de la campagne, selon les responsables de l’organisation, contactés par l’équipe des journalistes du REMASTP/CA. Dans la cadre du projet MAVIH (Médias d’Afrique Centrale contre le VIH), le REMASTPCA a organisé à Bouar une émission en synergie sur toutes les radios du pays le jour du lancement de la campagne, en collaboration avec l’Association des Radios communautaires de Centrafrique et l’Institut Panos Paris avec l’appui de l’Union Europenne et le système des nations unies. Tous les éfforts que mènent la population de la Nana Mambéré est d’atteindre l’objectif zéro que se fixe les acteurs d’ici à 2015.

Télécharger l’émission en synergie (En MP3)

Fridolin Ngoulou, Permanent du REMASTP/CA

Synergie radio contre le VIH/SIDA : En route pour la journée mondiale 2012

Categories: Non classé
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 27 novembre 2012

En prélude à la journée mondiale contre le SIDA , édition 2012, le Réseau des Médias Africains contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme en partenariat avec l’Institut Panos Paris et l’Association des Radio Communautaires en Centrafrique a organisé une émission en synergie sur 17 radios du pays, samedi 24 novembre 2012 de 17h à 18h dans le cadre du projet MAVIH (Médias d’Afrique centrale contre le VIH).

L’émission a porté sur l’état des lieux de la Journée Mondiale de 2011 et les préparatifs du lancement de la campagne 2012 à Bouar (dans la Nana Mambéré), conformément aux objectifs « Zéro nouvelle infection à VIH, zéro nouveau décès, zéro discrimination ni stigmatisation liée au VIH d’ici à 2016».

Au centre Jean Mabloire Issa, l’animateur de l’émission, à gauche Dr. Marcel Massanga, à droite Dr. Christine Mbonyngingo (ONUSIDA)

L’objectif  de cette émission était de : dresser un bilan de la JMS 2011 afin de mieux préparer la JMS 2012 en ciblant les actions porteuses de retombées positives ; favoriser des échanges entre les médias, les institutions, les autorités publiques et les associations de lutte contre le VIH/Sida au tour du thème de la campagne 2012 « zéro nouvelle infection lié au VIH, zéro nouveau décès, zéro discrimination et stigmatisation liées au VIH » ;

Réalisée au studio de la Radio Ndeke Luka, trois invités ont répondu à ce rendez-vous. Il s’agit du Dr. Christine MBONYNGINGO, Coordonnatrice de l’ONUSIDA, le Dr. Marcel MASSANGA, conseillé en épidémiologie, représentant le Coordonnateur de la CN-CNLS et M. Bienvenu GAZALIMA, Administrateur du Réseau des personnes Vivant avec le VIH (RECAPEV). Ceux-ci ont exprimé la vision de leurs organisations vis-à-vis de la lutte contre la pandémie du VIH et du Sida dans le pays. Globalement, la lutte contre cette pandémie semble connaitre une avancée en République centrafricaine, malgré la réticence de certains bailleurs. Avec la validation politique du cadre Stratégique national de lutte contre le VIH et le Sida 2012-2016, la lutte contre cette pandémie connaitra une coordination efficace. La mise en place du Forum des partenaires contribuera à la mobilisation des ressources pour assurer une meilleur prise en charge de près de 45.000 PVVIH en attente des antirétroviraux ; ce qui est ressortie du débat sur le plateau.

Notons que deux autres grands rendez-vous attendent les radios du pays : une nouvelle émission en synergie sur le lancement de la campagne nationale contre le VIH et le Sida à Bouar, le dimanche 02 décembre de 17h à 18h et une synergie régionale, regroupant les Radios de la république Démocratique du Congo, du Rwanda, de Burundi et de la RCA, couvert par le projet MAVIH le 20 décembre. L’émission sera modérée par les journalistes centrafricains.

Fridolin NGOULOU

Télécharger l’émission (En Mp3)

Un manuel sur la problématique de l’énergie pour les radios communautaires publié par le CAMECO

Categories: Non classé
Comments: No Comments
Published on: 10 mars 2012

La problématique de l’énergie pour les radios communautaires est centrale pour esayer de pérenniser un radio notamment en milieu rural: l’Association des Radios Communautaires de Centrafrique a participé et mène plusieurs projets sur ces problèmes en partenariat avec RFI Planète Radio.

Un manuel publié par le CAMECO (Conseil des Medias Catholiques) en français et en anglais se veut un outil d’aide à la décision de gestion « en particulier l’évaluation des besoins énergétiques, le stockage, la protection et la régulation. Il inclut des feuilles de calcul pour l’évaluation des besoins énergétiques et la comparaison entre les divers systèmes et sources d’énergies ». Il permet également de « comprendre le b.a.ba des diverses sources et technologies d’énergie, en particulier les générateurs, les éoliennes, les systèmes hydrauliques, solaires et hybrides ».

D’après les informations transmises par le CAMECO; « l’auteur, Michael Bycroft, est un journaliste scientifique indépendant. De nationalité néozélandaise il vit en Grande-Bretagne. Il s’intéresse particulièrement aux technologiques énergétiques vertes et au changement climatique ».

Pour télécharger le document en pdf: cliquer ici

Centrafrique: Bangui accueille la 3e édition de la journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle

Categories: Non classé
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 12 septembre 2011

Du 13 au 15 septembre 2011, des journées d’information sur la propriété intellectuelle sont organisées à Bangui. Ces activités s’inscrivent dans le cadre de la journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle, le 13 septembre de chaque année et ce depuis 1999. Le thème de la célébration de cette année est : « La technologie et la propriété intellectuelle comme sources de création de richesses ». Notre confrère Arsène Jonathan Mosséavo de Radio Notre Dame de Bangui nous propose son reportage.

Télécharger le reportage (MP3)

Echos de nos Radios (Association des radios communautaires de Centrafrique) – République Centrafricaine

M’Baïki: Lancement des actions humanitaires en faveur des enfants

Categories: Non classé
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 12 septembre 2011

Une cérémonie de lancement des actions humanitaires en faveur des enfants de M’Baïki  est organisée samedi dernier conjointement par l’ONG Actions communautaires d’urgence et de développement de M’Baïki et Jeunesse centrafricaine action dans le but entre autres d’une prise en charge des enfants orphelins de M’Baïki. Reportage de Liston Symphorien Mbolo de Radio Songo de M’Baïki.

Télécharger le reportage (MP3)

Echos de nos Radios (Association des radios communautaires de Centrafrique) – République Centrafricaine

«page 1 of 3
Welcome , today is Mercredi, 26 juin 2019