Bangui: Des journalistes mobilisés pour la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse 2018

Categories: Infos ARC, Manifestations
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 30 avril 2018

L’Union des Journalistes de Centrafrique (UJCA) s’active dans les préparatifs de cette importante dédiée à la presse à travers le comité d’organisation confié à l’abbé Jean-Ignace MANENGOU, Président de l’Association des Radios Communautaires de Centrafrique. La Journée Mondiale de la Liberté de la Presse dont le thème cette année est : « Média, justice et état de droit: les contrepoids du pouvoir. » sera célébrée du 2 au 3 Mai 2018, à Bangui, capitale de la République Centrafricaine. Le programme des manifestations prévoit le 2 Mai dans la matinée à partir de 9h30 une Marche pour la Primature pour la remise d’un Mémorandum suivi dans l’après-midi d’un match de football au stade municipal de Bangui animé par l’orchestre  » Melo Média ». Le 3 Mai au centre Saint Jean XXIII à partir de 9h00 Cérémonie officielle en présence des personnalités invitées suivi des conférences-débats sur les thèmes:
-Média, justice et état de droit: les contrepoids du pouvoir;
-Le système judiciaire à l’appui d’un journalisme libre et sur;
-La liberté d’expression en ligne:améliorer l’autorégulation;
-La société civile centrafricaine contribue -t-elle à la promotion de sociétés justes,pacifiques et inclusives ?
Le tout prendra fin par la remise des prix et la lecture des recommandations.
Le classement mondial de la Liberté de la Presse 2018 établi par Reporters Sans Frontières classe la République Centrafricaine au 112è rang sur 180 pays.

Berberati: Radio Zoukpana, 24 ans au service de la population!

Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 10 août 2017
10 août 1993… Le président André Kolingba inaugurait Radio Mambéré qui deviendra, plus tard Radio Zoukpana. C’est la première radio installée hors des murs de Bangui. Première des quatre stations mises en place en partenariat avec l’ACCT (l’ancêtre de l’OIF), elle va être suivie de Radio Kuli Ndunga (de Nola), Maïgaro de Bouar et Linga de Bambari.
Malheureusement, elle naît avec quelques tares congénitales: le contexte de son inauguration sera un boulet que les radios de l’ACCT vont traîner. Aout 1993, c’était la campagne électorale présidentielle. André Kolingba voulait marquer un point auprès de la population de la Mambéré Kadéï. Jusqu’ aujourd’hui, beaucoup de leaders politiques considèrent ces radios comme des radios qu’elles doivent utiliser pour leurs propagandes.
Installée par le personnel de Radio Centrafrique, ses premiers agents (José Félix Koléga et Frédéric Monoyo) ont été détachés de la Radio Nationale . Ce n’est qu’ en 1995, que le personnel local (des quatre radios) sera recruté puis formé. Le statut de ces radios va poser problème pendant longtemps du fait de l’implication du personnel technique dans l’installation du matériel, la formation du personnel et la mise en place des organes de gestion (Comités de gestion). Il y aura même une coordination des radios locales à la Radio Nationale. Pour beaucoup de responsables du ministère, ces stations sont des démembrements de la radio nationale alors que pour l’ACCT, ce sont des radios communautaires.
René Pierre Ndoumbé (le plus ancien des correspondants de Radio Ndéké Luka), Chantal Esther Bilayi (actuellement au Ministère des Mines), le défunt Tonton Phily (qui a été chef des programmes de Ndéké Luka), Ange Nambéï (qui a été attaché de presse au Ministère de la Fonction Publique), Idriss Yaya (actuellement à Radio Ndéké Luka), … viennent de cette station .
L’histoire de Radio Zoukpana mérite d’être contée et écrite… A vos plûmes et enregistreurs….

N’délé: Remise de la maison de la radio communautaire N’délé pas loin

Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 17 juillet 2017
Coupure de ruban par le Sultan-Maire de Dar El Kouti

La fête a été très belle à Ndélé où l’ARC-Centrafrique a remis la maison de la Radio Ndélé Pas Loin à la Communauté, le 25 juillet 2017.
Le Bamingui Bangoran était l’une des préfectures où aucun son « national » n’arrivait depuis que Radio Centrafrique ne couvre plus que la ville de Bangui, en Fm. L’ARC-Centrafrique, en partenariat avec Free Press unlimited, a accompagné la communauté de Ndélé dans la mise en place d’une radio communautaire. Avec l’appui de l’Ambassade de France en Centrafrique, un bâtiment a été construit pour abriter la station.
La maison a été inaugurée par le préfet du Bamingui Bangoran assisté du sultan maire de la commune du Dar el kouti

Photos de la cérémonie de lancement du projet Voix d’Espoir pour la Reconstruction et la Paix (VERP) mis en oeuvre par l’Institut Panos Europe en association avec l’ARC et la MPJ

Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 2 septembre 2014

Voici quelques photos de la cérémonie de lancement du projet Voix d’Espoir pour la Reconstruction et la Paix (VERP) de l’Institut Panos Europe, financé par la coopération française, qui sera réalisé en partenariat avec l’Association des Radios Communautaires et la Maison de la Presse et du Journalisme. Une cérémonie présidée par Didier Martial Pabandji, chargé de Mission en matière de communication, représentant du Ministre de la Communication.

Etat des lieux des capacités techniques et institutionnelles de Radio Centrafrique

Categories: Manifestations
Comments: No Comments
Published on: 29 juillet 2014

Internews a publié un état des lieux des capacités techniques et institutionnelles de Radio Centrafrique, la radio publique, le 23 juillet.

Le rapport est cependant uniquement disponible en anglais.

Voir le rapport (site Internews)

 

Bangui: Les femmes professionnelles de la communication luttent contre la mortalité maternelle

Categories: Infos ARC, Manifestations
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 26 octobre 2013

En République Centrafricaine, cinq (05) femmes meurent chaque jour en voulant donner la vie. De nombreuses analyses ont révélé un faible taux d’utilisation de la planification

Préparation des invitées

familiale avec 9% pour les méthodes modernes, contre 11% pour les méthodes traditionnelles. A cela s’ajoute un faible taux de prévalence contraceptive soit 15,2% en 2010. Avec le dysfonctionnement des services de santé causé par la destruction, le pillage des centres de santé et le repli à Bangui des agents et cadres du secteur de la santé depuis le déclenchement de la crise qui sévit en RCA ces huit (08) derniers mois, cette situation risque de s’aggraver.

C’est pour faire face à cette situation que l’Association des Femmes Professionnelles de la Communication (AFPC) sur financement du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) est en train de mettre en place l’initiative « Ita Wali » (Ma Copine en français)qui est une stratégie de mobilisation communautaire focalisée sur l’implication de la communauté des les efforts de réduction de la mortalité maternelle. Cette initiative est orientée vers les femmes elles – mêmes, les couples, les jeunes filles et les familles afin les femmes deviennent des opportunités pour les autres femmes. Elle va utiliser d’abord les associations de femmes comme point de départ avant de s’élargir à d’autres organisations communautaires et structures de santé locale.

Vue sur le plateau

En prélude au lancement officiel de cette initiative, l’AFPC en partenariat avec l’ARC Centrafrique ont organisé cet après midi une émission en synergie sur la fréquentation régulière des formations sanitaires par les femmes enceintes en vue de réduire le premier retard, facteur majeur de la mortalité maternelle en RCA.

Cinq(05) invitées étaient en studio dans cette émission animée par Ingrid Josette SADANGA de Radio Ndeke Luka et Lugo NOUTENE DIANEGALE de Radio Centrafrique:

Mme Marie Josée GODANZI du Ministère des affaires sociales;

Mme Rosalie YABADA des Femmes Chrétiennes Catholiques;

Mme Brigitte ANDARA – PASSIRI Directrice de la Maison Dorcas;

Dr Mauricette Julie NANGOUMA – GODDOT Gynécologue obstétricienne et

Dr Suzanne SOBELA de l’UNFPA.

Télécharger l’émission en MP3

Obo: Radio Zereda célèbre ses 5 ans !

Categories: Infos ARC, Manifestations
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 24 juin 2013

La Radio Zereda a été créée le 17 juin 2008 après la première attaque de la LRA (Armée de Résistance du Seigneur) dans la ville d’Obo un mois plus tôt. C’était sur initiative du jeune Arthur ZOUNGAGBE qui à partir d’un poste de transistor a réussit à émettre en FM d’abord sur un rayon de 1 Km puis 5 km en élevant l’antenne émettrice dans un kapokier.

Ricardo Dimanche On Air dans la l’ancienne radio

Petit à petit, la communauté a récupéré cet outils de communication et de développement à travers l’association Zereda que dirige M. Simon SIRO. Radio Zereda sera ensuite dotée d’équipements conventionnels en 2011 par l’ONG américaine Interactive Radio for Justice (IRFJ).

En novembre et décembre 2011, une mission de l’Association des Radios Communautaires de Centrafrique (ARC Centrafrique) a appuyé la radio à la restructuration et la mobilisation de ressources autour de cet de communication.

Aujourd’hui, Radio Zereda bénéficie de l’appui de Incvisible Childreen dans l’échange d’informations dans la lutte contre  l’envahisseur LRA de Joseph KONY donnant à la population locale des messages d’espoir.

L’antenne dans le Kapokier

Radio Zereda émet depuis Obo, localité située à plus de 1 300 km de Bangui, sur 100.6MHz et est écoutée à Mboki (75km) et Bazigbriri (65 km).

Le fonds Kurt Schork lance son concours annuel de journalisme

Categories: Manifestations
Tags:
Comments: No Comments
Published on: 11 mai 2012

Le Fonds Kurt Schork organise chaque année deux prix de journalisme. Ces prix sont décernés dans deux catégories : les reporters locaux couvrant des événements dans leur pays ou leur région d’origine, et les journalistes indépendants qui couvrent les nouvelles internationales.

Les candidats peuvent soumettre jusqu’à trois articles ou reportages chacun. Les articles doivent avoir été publiés entre le 1er juin 2011 et le 31 mai 2012. Les histoires peuvent porter sur les conflits, les droits humains, les questions transfrontalières, la corruption, ou toute autre question controversée dans un pays ou une région donnée. Chaque soumission doit faire preuve de professionnalisme, être conforme aux normes internationales du journalisme, et fournir la preuve que du courage et de la détermination ont été nécessaires pour couvrir l’histoire.

Chaque gagnant recevra un prix en argent de 5000 dollars américains lors d’une cérémonie qui se tiendra à Londres, au Royaume-Uni, en novembre 2012.

La date limite pour soumettre un article est le 31 mai 2012.

Pour en avoir plus : http://www.ksmfund.org/awards/submitting-entries

Source: Agro Radio Hebdo

Un club radio en ligne à destination des journalistes radio pour promouvoir le développement durable en Afrique

Categories: Manifestations
Comments: 1 Comment
Published on: 4 mai 2012

La Convention-Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique a lancé un club de radio en ligne ouvert aux journalistes radio et aux stations de radio dans l’ensemble de l’Afrique. Ce club en ligne a pour objectif de promouvoir les actions de sensibilisation sur le Mécanisme pour un développement propre (MDP) en Afrique. Les journalistes et les stations peuvent se joindre au club en saisissant leurs coordonnées sur le site.

Les membres peuvent écouter et télécharger gratuitement des PAD (prêts à diffuser) Les journalistes peuvent partager leurs travaux sur ces thématiques. Divers concours sont également ouverts pour les journalistes.

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, l’AMARC lance un appel pour la liberté d’installation et d’accès au spectre hertzien des radios communautaires et associatives

Comments: 1 Comment
Published on: 30 avril 2012

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993 suivant la recommandation adoptée par l’UNESCO. Le 3 mai est une occasion pour informer les citoyens des atteintes portées à la liberté de la presse. Dans des dizaines de pays à travers le monde, des radios sont censurées, sont condamnées à des amendes, ou tout simplement n’ont plus le droit d’émettre, pendant que des journalistes et des directeurs de radio sont harcelés, attaqués, détenus ou même tués. Après avoir ajouté, à la demande de l’Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires (AMARC), les collaborateurs des médias communautaires à la liste des journalistes à protéger par l’ONU, l’UNESCO vient de reconnaître en avril l’AMARC en tant qu’ONG « associée ». C’est une grande victoire des radios communautaires et associatives.
« De nouvelles voix et la liberté de la presse pour transformer la société » : tel est le thème de l’édition 2012 de la Journée mondiale de la liberté de la presse. À l’occasion de la conférence internationale de Tunis du 3 au 5 mai organisée par l’UNESCO, l’AMARC appelle à la liberté d’installation et d’accès au spectre hertzien pour les radios, notamment pour les radios communautaires et associatives, et une répartition des fréquences équitable.
L’AMARC affirme que les radiodiffuseurs de la société civile, sont une nouvelle frontière de la communication. Ce sont eux qui jouent un rôle essentiel dans les zones de conflit et en cas de catastrophe climatique et naturelle, dans l’information et la protection des populations et dans les processus de reconstruction.
A l’occasion des réformes constitutionnelles dans les pays arabes, une occasion unique est donnée pour passer d’une répartition des fréquences dominée par la confiscation et la corruption, vers un accès juste et équitable en faveur de médias de la société civile, et notamment des radios communautaires. Partout dans le monde, les radios communautaires doivent pouvoir se développer et travailler dans une sécurité économique et juridique. Leur droit à la diffusion doit être reconnu et renforcé.
Cette année 2012 voit aussi une conjoncture exceptionnelle. C’est à Tunis qu’a été adoptée le 14 mars dernier la « déclaration de l’AMARC de Tunis » à l’issue d’un séminaire pour le développement des radios indépendantes. Cette Déclaration met l’accent sur l’importance des radios associatives en Tunisie et dans le monde arabe, pour le développement et la préservation de la démocratie ainsi que pour le développement économique.
À cette occasion, l’AMARC demande aux États et aux gouvernements, ainsi qu’aux autorités de régulation de la presse et de la radiodiffusion de respecter leurs engagements quant à la liberté de la presse et de la radiodiffusion. L’AMARC souhaite voir apparaitre et renforcer les autorités de régulation. Pour Emmanuel Boutterin, vice-président exécutif de l’AMARC, « il faut que ces instances soient indépendantes des gouvernements, des consortiums privés et des télécoms et que leur existence et leur fonctionnement soient garantis par voie constitutionnelle. C’est la condition essentielle du pluralisme et de la liberté d’expression sur les ondes ». Pour cela, « seules les radios communautaires et associatives permettent aux organisations de la société civile d’accéder à la parole publique, et cette fonction doit être reconnue par la communauté internationale ».

Il est à rappeler que le président de l’ARC, Jean-Ignace Manengou, est le représentant de l’AMARC en République Centrafricaine.

source: Secrétariat général de l’AMARC

«page 1 of 2
Welcome , today is Vendredi, 23 août 2019