Conférence de presse des responsables humanitaires en République Centrafricaine

Categories: Non classé
Tags:
Comments: No Comments
Published on: 27 janvier 2014

Monsieur Abou DIENG, Coordonnateur humanitaire en RCA, assisté de Messieurs Jacques TERRENOIRE, Porte parole des ONG Internationales, et Philippe LECLERC, Coordonnateur de Cluster Protection, étaient face à la presse ce Vendredi 24 Janvier 2014 dans la salle de conférence de OCHA à Bangui.

Dans son discours liminaire, Monsieur DIENG a fait le compte rendu de la conférence internationale de haut niveau sur la situation humanitaire en Centrafrique qui s’est tenue le 20 Janvier dernier à Bruxelles.

La crise humanitaire aujourd’hui en RCA est de grande envergure et l’urgence est dans tous les secteurs a-t-il déclaré.

Les bailleurs de fonds internationaux se sont engagés à soutenir les actions humanitaires, en promettant un montant de 483 000 000 de dollars soit 230 000 000 000 de francs CFA. Cette enveloppe appuiera les secteurs de la santé, l’éducation, la sécurité alimentaire, la protection, la distribution des articles non alimentaires, l’eau et l’assainissement.

Signalons aussi que plusieurs tonnes d’aide humanitaire sont bloqués à la frontière entre la RCA et le Cameroun que les humanitaires déploient des efforts pour acheminer sur Bangui.

Ces humanitaires ont exhortés tout le monde a cultivé la paix, la réconciliation et la cohésion sociale.

La République Centrafricaine compte près d’un million de déplacés et 2 600 000 de personnes en besoin d’une assistance immédiate. La sécurité reste aujourd’hui la préoccupation des centrafricains.

Rémy DJAMOUSS, Service de communication de l’ARC-Centrafrique

Alerte: Radio Magbadja, les locaux pillés à Alindao

Categories: Radios Communautaires
Comments: No Comments
Published on: 7 janvier 2013

La radio communautaire Magbadja émettant à Alindao a été saccagée à la suite de la prise de la ville par les éléments de la coalition Séléka ce samedi 5 janvier 2013.

Cette jeune radio bénéficiait de l’appui direct de l’ARC et de RFI Planète Radio et venait de recevoir du matériel (photos).

Heureusement, les journalistes de la radio ne semblent pas avoir fait l’objet de tracas particulier pour l’instant. Rappelons que Blanche Elisabeth Olofio, journaliste de la radio communautaire Be Oko de Bambari, a été assassinée la semaine dernière.

Elisabeth Blanche Olofio de la radio communautaire Be Oko de Bambari: assassinée par des éléments de la coalition Séléka

Categories: Radios Communautaires
Comments: 2 Comments
Published on: 7 janvier 2013
Elisabeth Blanche Olofio, journaliste Radio Be Oko (Bambari)

Elisabeth Blanche Olofio journaliste travaillant pour la radio communautaire Be Oko de Bambari a été assassinée par des éléments de la coalition Séléka la semaine dernière. On est sans nouvelles des autres journalistes de Be Oko.

L’Association des Radios Communautaires de Centrafrique (ARC) a publié le 7 janvier 2013 un communiqué de presse dans lequel elle rappelle qu’elle est une « organisation mise en place par l’ensemble des radios appartenant aux différentes communautés locales, culturelles ou religieuses, a pour mission de mutualiser les moyens pour l’information et le développement des populations qu’elles couvrent ».

L’ARC –Centrafrique rappelle également que » les radios communautaires sont apolitiques et ne sont aucunement liées à une quelconque structure intéressée par le pouvoir politique, économique ».

Le communiqué précise également que « les événements que vit la RCA touchent cette association de manière particulière car certaines radios membres sont dans l’œil du cyclone :
– Radio Yata de Birao
– Radio Barangbaké de Bria
– Radio Linga Fm de Bambari
– Radio Be Oko de Bambari
– Radio Kaga de Kaga Bandoro
– Radio ICDI de Boali
– Radio Magbadja d’Alindao
– Radio Mbari de Bangassou.

La plupart ont interrompu leurs émissions du fait de l’insécurité, privant les populations d’un droit fondamental contenu dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et garanti par la Constitution de la RCA, celui de l’information et de la liberté d’expression. Les équipements de certaines radios ont été pillés ou emportés (Radio Be Oko de Bambari, Radio Kaga). Une journaliste de Radio Be Oko, Elisabeth Blanche Olofio, a été tuée et on est aujourd’hui sans nouvelles des autres ».

L’ARC Centrafrique rappelle que « déjà le 19 novembre 2002, Radio Ndoyé de Bossangoa avait été pillée et un de ses journalistes (Raymond Daké) abattu lors de l’entrée des rebelles du Général Bozizé dans la ville ». Par ailleurs, « Radio Yata de Birao a été saccagé le 24 novembre 2010 par des éléments de la CPJP ».

« L’ARC – Centrafrique déplore cet acharnement contre les radios communautaires et rappelle que les journalistes n’ont rien à voir dans un conflit. Leur rôle principal est de fournir à la communauté les informations dont elle a besoin pour son développement.

Si on veut sortir des crises récurrentes que traverse notre pays, il n’y a que le dialogue. Or, les radios (et les médias en général) sont le lieu privilégié pour exprimer et échanger les différents points de vue. Les journalistes ne sont que des artisans de la liberté d’expression et d’échange. Et ce n’est pas en les tuant et en détruisant leurs outils de travail qu’on y parviendrait.

L’ARC – Centrafrique appelle les différentes parties à un respect des structures communautaires dont les radios. Leurs destructions ne feraient qu’aggraver la situation de misère de la population ».

Nouvelle flotte téléphonique pour les radios membres de l’ARC

Categories: Infos ARC
Comments: No Comments
Published on: 19 juillet 2012

Une nouvelle flotte téléphonique est mise en place depuis le 17 juillet 2012 grâce à un accord avec l’opérateur de téléphonie mobile Orange. Cette flotte facilitera le contact et les travaux journalistiques des équipes de l’Association des Radios Communautaires de Centrafrique, de l’Institut Panos Paris en République Centrafricaine, du Réseau des Médias Africains de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme (REMASTP/CA) et l’Observatoire des Médias Centrafricains (OMCA). Cette flotte a vu le jour grâce au soutien du projet sous régional Médias Africains contre le VIH Sida (MAVIH) mis en oeuvre par l’Institut Panos Paris sur financement de l’Union Européenne.

Repertoire téléphonique flotte ARC 2012 (pdf)

Le HCC affirme son intention d’effectuer un monitoring des contenus diffusés par les radios communautaires en province

Categories: Infos ARC
Comments: No Comments
Published on: 1 juin 2012
Mercredi 30 mai 2012 à Bangui, le Haut Conseil à la Communication (HCC) a présenté par la voix de son rapporteur, Jean Paul Sankagui, son plan d’action pour la période 2012-2016 en présence de la vice-présidente du HCC.
L’institution de régulation des médias y a annoncé son intention de renforcer son système de monitoring des médias afin de pouvoir monitorer les contenus diffusés par les radios communautaires situées en province , notamment en zones rurales. Il s’agit de réguler enfin les médias régionaux  aujourd’hui trop souvent à la merci de l’arbitraire des autorités locales.
Le HCC a établi un plan d’action tenant compte de deux échéances extrêmement importantes: le passage à la radio-télévision numérique et la campagne électorale des élections législatives et présidentielles de 2016.
Le Haut Conseil de la Communication a également déclarer entendre « jouer son rôle dans la bonne marche des processus démocratiques en République Centrafricaine en renforçant ses capacités de monitoring et de régulation avant les prochaines élections présidentielles et législatives de 2016″.

 

Cérémonie de présentation du plan d’action du HCC (30 mai 2012 – source: http://renforcement-hcc.blogspot.com)

 

Un nouveau guide sur la protection et la sécurité des journalistes publié par l’ONG américaine Committee to Protect Journalists

Categories: Formation ARC
Comments: No Comments
Published on: 11 mai 2012

Le Comité pour la Protection des Journalistes (Committee to Protect Journalists), une ONG américaine, vient de mettre à disposition des journalistes qui travaillent dans des environnements difficiles un Guide de sécurité des Journalistes (Couvrir l’actualité dans un monde dangereux et changeant).

L’auteur principal de ce guide, Frank Smyth, est « un journaliste chevronné qui s’est spécialisé dans les conflits armés, la criminalité organisée et les droits de l’homme. Il a exercé dans plusieurs pays à travers le monde, notamment la République d’El Salvador, le Guatemala, la Colombie, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Rwanda, le Soudan, la Jordanie ainsi que l’Irak, où il a été emprisonné pendant 18 jours en 1991. Dans les années 1990, M. Smyth a mené des investigations sur le trafic d’armes pour l’ONG américaine Human Rights Watch. Il a également travaillé comme reporter pour CBS News, et comme rédacteur pour les journaux NationVillage VoiceNew RepublicWashington PostNew York TimesWall Street JournalInternational Herald TribuneWorld Policy Journal et Foreign Affairs. M. Smyth a témoigné sur les questions de la liberté de presse devant l’Organisation des États américains, la Commission internationale de juristes et le Congrès des États-Unis d’Amérique. Il est le fondateur et le directeur exécutif de Global Journalist Security, une entreprise qui fournit des services de conseil et de formation pour les journalistes et d’autres professionnels. Il blogue régulièrement sur les questions de sécurité des journalistes pour le CPJ »

A noter que le guide contient un chapitre sur la sécurité de l’information et des journalistes sur les réseaux internet. Ce chapitre rédigé par Danny O’Brien qui « a été à la pointe de la lutte pour les droits numériques à travers le monde, en qualité de militant pour l’Electronic Frontier Foundation. Il était membre fondateur du magazine britannique Wired UK et co-fondateur de l’Open Rights Group, une organisation britannique de défense des droits numériques. Il a également travaillé comme journaliste, couvrant les questions de technologie et de culture pour les journaux londoniensNew ScientistSunday Times et irlandais Irish Times« .

Ce guide est disponible (en français, en espagnol, en arabe et en anglais) sur internet ou en version pdf.

Source: Commitee to Protect Journalists

Le fonds Kurt Schork lance son concours annuel de journalisme

Categories: Manifestations
Tags:
Comments: No Comments
Published on: 11 mai 2012

Le Fonds Kurt Schork organise chaque année deux prix de journalisme. Ces prix sont décernés dans deux catégories : les reporters locaux couvrant des événements dans leur pays ou leur région d’origine, et les journalistes indépendants qui couvrent les nouvelles internationales.

Les candidats peuvent soumettre jusqu’à trois articles ou reportages chacun. Les articles doivent avoir été publiés entre le 1er juin 2011 et le 31 mai 2012. Les histoires peuvent porter sur les conflits, les droits humains, les questions transfrontalières, la corruption, ou toute autre question controversée dans un pays ou une région donnée. Chaque soumission doit faire preuve de professionnalisme, être conforme aux normes internationales du journalisme, et fournir la preuve que du courage et de la détermination ont été nécessaires pour couvrir l’histoire.

Chaque gagnant recevra un prix en argent de 5000 dollars américains lors d’une cérémonie qui se tiendra à Londres, au Royaume-Uni, en novembre 2012.

La date limite pour soumettre un article est le 31 mai 2012.

Pour en avoir plus : http://www.ksmfund.org/awards/submitting-entries

Source: Agro Radio Hebdo

Un club radio en ligne à destination des journalistes radio pour promouvoir le développement durable en Afrique

Categories: Manifestations
Comments: 1 Comment
Published on: 4 mai 2012

La Convention-Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique a lancé un club de radio en ligne ouvert aux journalistes radio et aux stations de radio dans l’ensemble de l’Afrique. Ce club en ligne a pour objectif de promouvoir les actions de sensibilisation sur le Mécanisme pour un développement propre (MDP) en Afrique. Les journalistes et les stations peuvent se joindre au club en saisissant leurs coordonnées sur le site.

Les membres peuvent écouter et télécharger gratuitement des PAD (prêts à diffuser) Les journalistes peuvent partager leurs travaux sur ces thématiques. Divers concours sont également ouverts pour les journalistes.

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, l’AMARC lance un appel pour la liberté d’installation et d’accès au spectre hertzien des radios communautaires et associatives

Comments: 1 Comment
Published on: 30 avril 2012

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993 suivant la recommandation adoptée par l’UNESCO. Le 3 mai est une occasion pour informer les citoyens des atteintes portées à la liberté de la presse. Dans des dizaines de pays à travers le monde, des radios sont censurées, sont condamnées à des amendes, ou tout simplement n’ont plus le droit d’émettre, pendant que des journalistes et des directeurs de radio sont harcelés, attaqués, détenus ou même tués. Après avoir ajouté, à la demande de l’Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires (AMARC), les collaborateurs des médias communautaires à la liste des journalistes à protéger par l’ONU, l’UNESCO vient de reconnaître en avril l’AMARC en tant qu’ONG « associée ». C’est une grande victoire des radios communautaires et associatives.
« De nouvelles voix et la liberté de la presse pour transformer la société » : tel est le thème de l’édition 2012 de la Journée mondiale de la liberté de la presse. À l’occasion de la conférence internationale de Tunis du 3 au 5 mai organisée par l’UNESCO, l’AMARC appelle à la liberté d’installation et d’accès au spectre hertzien pour les radios, notamment pour les radios communautaires et associatives, et une répartition des fréquences équitable.
L’AMARC affirme que les radiodiffuseurs de la société civile, sont une nouvelle frontière de la communication. Ce sont eux qui jouent un rôle essentiel dans les zones de conflit et en cas de catastrophe climatique et naturelle, dans l’information et la protection des populations et dans les processus de reconstruction.
A l’occasion des réformes constitutionnelles dans les pays arabes, une occasion unique est donnée pour passer d’une répartition des fréquences dominée par la confiscation et la corruption, vers un accès juste et équitable en faveur de médias de la société civile, et notamment des radios communautaires. Partout dans le monde, les radios communautaires doivent pouvoir se développer et travailler dans une sécurité économique et juridique. Leur droit à la diffusion doit être reconnu et renforcé.
Cette année 2012 voit aussi une conjoncture exceptionnelle. C’est à Tunis qu’a été adoptée le 14 mars dernier la « déclaration de l’AMARC de Tunis » à l’issue d’un séminaire pour le développement des radios indépendantes. Cette Déclaration met l’accent sur l’importance des radios associatives en Tunisie et dans le monde arabe, pour le développement et la préservation de la démocratie ainsi que pour le développement économique.
À cette occasion, l’AMARC demande aux États et aux gouvernements, ainsi qu’aux autorités de régulation de la presse et de la radiodiffusion de respecter leurs engagements quant à la liberté de la presse et de la radiodiffusion. L’AMARC souhaite voir apparaitre et renforcer les autorités de régulation. Pour Emmanuel Boutterin, vice-président exécutif de l’AMARC, « il faut que ces instances soient indépendantes des gouvernements, des consortiums privés et des télécoms et que leur existence et leur fonctionnement soient garantis par voie constitutionnelle. C’est la condition essentielle du pluralisme et de la liberté d’expression sur les ondes ». Pour cela, « seules les radios communautaires et associatives permettent aux organisations de la société civile d’accéder à la parole publique, et cette fonction doit être reconnue par la communauté internationale ».

Il est à rappeler que le président de l’ARC, Jean-Ignace Manengou, est le représentant de l’AMARC en République Centrafricaine.

source: Secrétariat général de l’AMARC

Concours organisé par AfriComNet sur les contenus médiatiques sur le VIH SIDA

Categories: Manifestations
Tags: No Tags
Comments: No Comments
Published on: 23 mars 2012

Le Réseau Africain pour la communication stratégique (AfriComNet) en matière de santé et de développement, basé en Ouganda, organise un Prix Annuel ayant pour objectifs : 1) de reconnaître la contribution remarquable des individus ou des organisations sur le plan de la communication stratégique sur le VIH/SIDA ; 2) d’encourager l’innovation et la qualité de la communication stratégique ; 3) de renforcer le gout pour la communication stratégique en tant que l’outil nécessaire pour l’efficacité des programmes de santé et de développement; et 4) de reconnaître les programmes et les outils de production qui favorisent la communication stratégique et susceptibles de se reproduire ailleurs.

Les deux finalistes dans chacune des catégories auront droit à un voyage payé au lieu de remise des prix, l’occasion d’exposer leurs initiatives, seront proclamés au milieu de la grande cérémonie organisée à cet effet et exposés par les medias. Le premier gagnant recevra une plaque (cadeau de souvenir) tandis que le second recevra un certificat reconnaissant son accomplissement.

Les inscriptions devraient parvenir à AfriComNet au plutard le 31 Mai 2012

Pour s’inscrire

  • Télécharger un formulaire de nomination (disponible sur le site internet) et l’envoyer à AfriComNet à l’adresse: infodesk@africomnet.org
  • Deux copies imprimées du formulaire de nomination rempli ainsi que les annexes seront envoyés à AfriComNet , a l’adresse suivante:

The Coordinator, AfriComNet
Plot 15, Binayomba Road, Bugolobi
P.O Box 3495, Kampala, Uganda
Tel: + 256 414 250183 / 237222
Email: infodesk@africomnet.org
Website: www.africomnet.org

Appel à candidatures en version pdf

«page 1 of 4
Welcome , today is Mardi, 7 juillet 2020